BON À SAVOIR

KIDACHI

Il existe trois façons nommer ces armes en bois dur généralement du chêne : 

- Kidachi, nom ancien, traditionnel que nous utilisons dans notre dôjô. 

- Bokuto, utilisé dans le Japon moderne et plus spécialement pour le kendo 

- Bokken, utilisé en Europe. Pour un Japonais c’est une appellation populaire, du langage parlé.



MOMODACHI WO TORU

Pour pratiquer on porte un « hakama » sorte de large pantalon à plis. Pour les combats il pouvait gêner les mouvements rapides des jambes et les positions genoux fléchis. Aussi l’ancienne tradition astucieusement relève les côtés sous la ceinture pour libérer les jambes. A la fin de l’exercice il suffit de rabattre les côtés. C’est ce que nous pratiquons dans notre dôjô.



MUSUBI

L’art de nouer la ceinture ou « musubi » 

Il y a trois nœuds traditionnels.

MUSUBIKIRI

結びきり

- Musubikiri : solide, difficile à dénouer. Utilisé pour le dôjô. Très ancien.    

JÛMONJIMUSUBI

十文字結び

- Jûmonjimusubi nœud en croix utilisé pour les cérémonies. 

ICHIMONJIMUSUBI

一文字結び

- Ichimonjimusubi utilisé dans le dôjô ; une autre façon de faire un nœud en alternance avec le musubikiri pour que la ceinture de prenne pas un mauvais pli définitivement.